Caviste en interview #5 : Alexis de La P’tite Mousse

La P’tite Mousse est une petite cave à bières qui a fêté ses deux ans en avril dernier.  Elle est située au 29 Rue de Douai, à deux pas du Moulin Rouge dans le 9ème arrondissement de Paris !
Goutte d’Or, Azimut, Saint Cru, Mont Salève… Vous y trouverez un large choix de bières françaises et une sélection de bières étrangères avec les brasseries Tiny Rebel, Dieu du Ciel, La Nébuleuse, Cloudwater (entre autres) !

Alexis Verlhac, le gérant, a répondu aux quelques questions de My Community Beer : interview !

biere brasseur Etre ptite mousse cave
Alexis et Edward à la soirée de lancement de leur bière, La Lovecraft !

Ouvrir sa cave à bière

Hello Alexis, peux-tu nous parler de ton parcours ? Comment est née La P’tite Mousse ?

C’est une reconversion totale ! Avant je bossais pour une filiale d’Engie… et j’ai craqué ! Au bout d’un moment, il faut faire quelque chose que t’aime. En rentrant chez mon caviste en 2012, je me suis dit, « et pourquoi je ne ferais pas ça ? ». J’aime la bière, et la vendre me paraissait assez logique. L’idée a fait son chemin… tu te renseignes, auprès des consommateurs, des cavistes…

C’était aussi un choix familial. Avec ma femme, nous avons d’abord eu un enfant fin 2013 ; puis j’ai signé ma rupture conventionnelle début 2015, et le bail en fin d’année. J’ai ouvert ma boutique en mars 2016.

Au niveau financier et foncier, as-tu pu avoir des aides ?

J’ai pu bénéficier du PIE (Paris Initiative Entreprise), un prêt d’honneur à taux zéro. C’est sur dossier, tu passes devant un jury de 6, 8 personnes (des banquiers, des entrepreneurs, des commerçants). Après, c’est au vote : ils te financent ou pas ! Dix minutes après, alors que j’étais sur la route, ils m’appelaient pour me dire OK !

Après j’ai aussi fait un prêt bancaire classique, et fait les travaux moi-même, en famille. On a tout pêté, tout reconstruit ! C’est une « petite » cave avec une « petite » déco ; c’est simple parce que je suis un gars simple.

Niveau emplacement, j’ai regardé les locaux et vérifié qu’il n’y ait personne déjà installé… Je connaissais déjà le quartier. Il y avait surtout des magasins de musique. Ici, avant, c’était un salon de « massage ». Il n’y avait pas de Pas de porte à payer, juste des frais d’agence de plus ce n’était pas trop loin de chez moi.

Comment as-tu découvert le monde de la bière, as-tu suivi une formation professionnelle ?

J’ai fait un voyage à Bruxelles à 18 ans, et je me suis dit « ok ok, la bière c’est ça ». Je n’ai jamais trop aimé le vin, je préfère la bière pour son côté désaltérant et convivial.

Pour le reste, je suis autodidacte. J’ai lu, j’ai goûté, j’ai rencontré des pro du secteur notamment des brasseurs.  Je pense que l’on peut commencer seul, il faut surtout beaucoup de mémoire. Je m’auto-forme et j’apprends tous les jours !
Après, il y a des choses que je vais plus aimer que d’autres. Globalement, j’aime l’amer, l’acide et le sucré. Ce qui n’était pas le cas il y a 10 ans. Mais j’aime bien découvrir de nouvelles bières quelque soit leurs styles : je ne lis pas trop l’étiquette, je déguste à l’aveugle.

Ton plus grand plaisir en tant que caviste ?

Mon plus gros kiff , c’est de  faire découvrir des styles de bières différents aux gens. C’est une des plus belles récompenses du métier !
Tu ne deviendras pas millionnaire, mais si tu peux faire kiffer les gens…

La bière, le brassage !

Des recommandations de bières à nous faire ?

En été je vais préférer des bières plus sèches, plus florales, fruitées ou une weisse… genre une Myrha de la  Goutte d’Or ou une Mission de Deck&Donohue.
Niveau goût perso, je ne suis pas trop lager, pils ou les bières avec un coté trop résineux. En fait, je kiffe les bières équilibrées.
En hiver, j’aime bien les barleys, les stouts, comme Boris Goudenov de La Corrézienne ou Bad and Power de chez O’clock vieillie en fût !

Chez la P’tite Mousse, il y a parfois des desserts…

Je suis une quiche en cuisine sauf pour les desserts ! Pour la Paris Beer Week de cette année, j’ai fait des Beer Shake (ou Beer Float). Ils resteront à la carte tout l’été ! C’est une boule de glace dans la bière. Ça marche vraiment bien, c’est pas juste un délire !
L’année dernière, j’avais fait mes glaces moi-même avec de la Lucuma, de chez Inkarri.

Venez découvrir les trois déclinaisons de cet été :  bière blonde acide, sorbet poire et chantilly / Bière noire type robust porter, sorbet framboise et chantilly / Bière noire type impérial stout, crème glacée vanille et chantilly


Le Bieramissu marche bien aussi, car même les gens qui n’aiment pas la bière l’apprécient. Pour les deux ans de la cave, je l’avais fait avec la Grande Noirceur de la brasserie Dieux Du Ciel ; ça allège un peu le boudoir et après c’est le frigo qui fait le boulot !

Et le brassage amateur ?

Pas tout seul, je n’ai pas l’envie, ni spécialement la patience, ou l’espace nécessaire chez moi et c’est compliqué de le faire au magasin… En perso, j’ai brassé Douai Capitale avec Yann de La Caisse de Bières. Pourquoi Douai ? Car Yann est originaire de cette ville et La P’tite Mousse est située rue de Douai !
Je préfère brasser avec un ou deux potes, en petits groupes j’apprécie : brassage le matin, barbeuc le midi ! Ou bien avec des brasseurs et apprendre avec eux.

Tu as justement fait une collaboration avec La Brasserie de L’Être…

Oui, j’ai brassé début avril, environ 1000 litres.
Ce sera une bière de saison avec du kiwi, du houblon Barbe Rouge, du blé, du flocon d’avoine. C’est la brasserie de l’Être qui s’est occupée des levures.

Le kiwi a été rajouté à la fermentation, sous forme de jus. Il y a 100 kilos !

L’été, j’aime bien les bières de saison et je voulais un truc pas trop fort. Je voulais quelque chose aux fruits.
A la base j’aurais aimé faire une pale ale à l’abricot ou aux pêches, mais ce n’était pas encore la saison. On a regardé les fruits qu’on pouvait avoir. La saison du kiwi est de septembre à juin, et c’est un fruit que j’adore ! C’est ultra bon et rafraîchissant ! Et il va apporter un peu d’acidulé.
Edward (brasserie de l’Être) a proposé le houblon Barbe Rouge pour ses arômes de fruits rouges, qui s’associeront parfaitement avec ce fruit. 20 minutes de discussion, voilà, c’était rapide !

Séance d’étiquetage de la collab’ !

Un (ou deux) petits coups de cœur à nous faire partager ?

I Still Got It de Cloudwater, ouais !
Et aussi The Bruery et La Guerilla 2018 de CR/AK

Quelle est ta vision de la bière artisanale aujourd’hui ?

Il faut de l’industriel pour que l’artisanat existe… mais ce serait bien que l’industrie arrête de casser les c**** aux petits indépendants à coup de procès et de rachat ! Mais c’est le consommateur qui a le pouvoir, il peut décider de boire moins, mais mieux !
C’est bien ce qui se passe en France :  que le grand public apprenne que les brasseurs bossent bien et ont de l’ imagination, que l’on puisse retrouver le passé brassicole qu’on a perdu et oublié… Il faut boire de la bière, à part l’alcool, il y a que de bonnes choses !*

*L’abus d’alcool est dangereux pour la santé 😉


La P’tite Mousse, cave à bière
29 Rue de Douai – 75009 Paris

Horaires : Mardi – Jeudi – Vendredi de 15h à 22h
Mercredi de 17h à 22h
Samedi de 13h à 22h

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *